Comment se lancer dans un projet d’entreprise sans se planter ?

En tant que coach, entrepreneur et speaker, Nicolas de Vicq s'adresse à tous ceux qui veulent faire une différence en offrant toute leur valeur au Monde.

Lors d’une discussion dans un bar à Montréal avec son vieil ami Bruno, ils comparent tous deux le lancement d'un projet au Base Jump. Très belle métaphore pour ce sport d’action extrême qui permet de goûter à l’euphorie d’être pleinement en confiance avec ses propres décisions, en étant capable de transformer la peur en trac pour faire le grand saut!

Bruno partage les 3 étapes qui permettent de se lancer, sans se planter: La préparation, la recherche de partenaires fiables et la gestion des risques.

1 - LA PRÉPARATION

On ne voit souvent que “le saut” lui même qui ne dure que quelques minutes en oubliant que c’est le résultat d’une très longue préparation.

Il s’agit tout d’abord d’une préparation mentale, pour se mettre dans le bon état d’esprit; et ensuite d’une préparation matérielle.

La préparation mentale amène à ce que le saut soit un réel choix; un choix personnel qui n’est pas influencé par les autres.

La préparation matérielle dépendra des conditions extérieures (le lieu, les conditions météo, la lumière, le chemin pour parvenir au sommet...). Il s’agit d’une véritable gestion de projet.

2 - DES PARTENAIRES FIABLES

On ne saute pas seul et le choix des partenaires accompagnant cette mission est important.

Les gens ne sont pas choisis au hasard et ne sont pas là pour le plaisir: ils vous accompagnent dans toute la phase de préparation et vous soutiennent dans la préparation mentale. Par conséquent, ils vous aideront à discuter de tous les facteurs qui feront que le saut réussisse.

Ce sont des gens qui partagent la même mentalité et qui s’ancrent dans une certaine forme de spiritualité liée au saut.

Le saut nous rapproche de la mort qui fait partie de la vie. Dans cette activité extrême, on Beaucoup pensent qu’un tel saut est impossible, allons voir si c’est réellement impossible!

Plutôt que de flirter avec la mort, on savoure le plaisir de ce qui est réalisable et donc tous les aspects du réalisable.

Ces gens, qui sont-ils ?

  • des gens présents en cas de besoin si ça ne va pas
  • des gens qui complètent ce que l'on n'a pas
  • des gens en qui on a confiance
  • des partenaires d'alliances stratégiques

Mais une fois préparé et bien entouré, comment gérer la peur qui nous habite au moment de se lancer? Il ne s’agit pas de sauter avec retenue… il faut de la détermination qui requiert de la confiance.

3 - LA GESTION DES RISQUES

La peur est un allié qui nous donnera les informations sur ce qui risque de ne pas bien se passer.

Ce qu'il faut c'est gérer cette émotion pour la transformer en action. Elle peut nous guider, si on a quelque chose qui cloche, pour ne rien laisser à l'imprévu dans notre projet.

C’est alors que la peur peut se transformer en trac et en excitation. Et ce trac apporte de l’énergie et de l’adrénaline, comme pour un artiste qui monte sur scène.

“La supposition est la mère de tous les loupés”.

Il ne faut pas laissé de place aux suppositions. Il s’agit de comprendre les risques et de les diminuer au maximum.

Les risques en valent la chandelle et ils sont inhérents aux nouveaux projets. De la préparation en amont dépendra les résultats de ceux qui y parviennent, de ceux qui ont fait une étude des risques et des solutions mises en place pour les diminuer, voir les supprimer.

Ainsi, l'analyse du saut sera faite avec tous les éléments qui peuvent perturber le saut. Il s'agit des dangers potentiels et de peser le pour et le contre. Pour la gestion des risques, on devient confiant quand on reste honnête avec soi-même.

On utilise la peur comme indicateurs des risques qu’il reste à gérer. Une fois la peur dissipée, elle fait place au trac et à l’euphorie d’être pleinement confiant avec sa décision, avec sa propre vie, et décider de faire quelque chose qui va au-delà du possible!

Les adeptes du sport vont au delà du possible et savourent le plaisir qui va avec.

Pour un entrepreneur, il suffit de poser sa décision et de s'aligner avec ce que l'on a envie de faire. On se lance en confiance, on se fait confiance et quand on sait où l'on va, quand on connaît les risques, on les prend et on est à l'aise avec sa décision.

Faites confiance à votre boussole interne, à votre intuition. Une fois qu’on est confiant d’avoir fait tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire les risques, il est temps de passer à l’action.

Alors, lancez-vous!

>> Pour d'autres entrevues inspirantes, abonnez-vous à notre chaîne Youtube
>> Suivez-nous pour de l'énergie au quotidien sur notre page Facebook et notre compte Twitter   
>> Téléchargez votre Cahier de Réinvention sur www.mindstep.tv  
>> Entreprenez Votre Vie avec Sandrine & Nicolas sur www.jentreprendsmavie.com